jeudi 2 septembre 2010

Nuit Blanche




Dans le silence de la nuit,
Lorsque tout dort autour de moi,
Victime de mes insomnies,
Mon esprit s'évade et se noie

Dans l'océan de mes pensées.
Je m'abandonne à la fureur
Des vagues qui déferl’, pressées
De me jeter dans la terreur.

Les souvenirs, à ma mémoire
Affluent, comme ces lourds nuages
Mus par le vent, dans le ciel noir.
Du passé, surgit un visage.

Ses yeux me fixent sans me voir,
Il n'existe pas, c'est un rêve
Qui prend place dans mon histoire.
La nuit sera longue, elle, brève.

Regarde-moi, qui donc es-tu ?
Ton visage n'est pas le même
Avec le flux et le reflux.
Ne t'en va pas, reste ! Je t'aime...

Je suis seule dans la nuit noire.
Le passé est mort, l'avenir
Me fait peur, il n'a pas d'histoire.
Allons, il est temps de dormir...

Mais le sommeil tarde à venir,
Et les vagues blanches d'écume
Semblent prendre un malin plaisir
A me plonger dans l'amertume,

La solitude...vide...mort…
Voici venir angoisse et peur…
Que se brise mon pauvre corps,
Dans l'océan de ma douleur !


Patricia M.©00038155
Un vieux poème ressorti d'un vieux cahier...

2 commentaires:

  1. Continue de sortir des poèmes des vieux cahiers... ils sont admirables.

    RépondreSupprimer
  2. Merci à toi Nathanaëlle ! J'apprécie...:)

    RépondreSupprimer

Espace de partage. N'hésitez pas à le remplir.
Commenter ? C’est la clé du pouvoir … mais c’est tout un art
!