mardi 12 mai 2009

Crépuscule





Comme la vague sur la grève
Renaît au bout de l'horizon
Enrobée d'une flamme brève
Prélude à la sombre oraison
Ultime prière
Sur un jour qui meurt...
Comme le cri du loup s'élève,
Une ombre glisse à l'horizon
Lève des yeux gris de douleur
Etreint le ciel crépusculaire


*

PatriciaM © 00038155


*

7 commentaires:

  1. C'est bien crépuscule. Apr-s tu vas faire Aube, ou Aurore ? :)

    RépondreSupprimer
  2. Grrr ! Aprés ! Pfft ce clavier !

    RépondreSupprimer
  3. Salut toi !
    Sais pas...
    C'est la nuit qui suit le crépuscule non ?

    Bizzzzzz :)

    RépondreSupprimer
  4. Quoi la nuit ??? Quoi la nuit ??? Tu vas pas te mettre à faire du sombre et du noir de chez noir quand même ???? Hein ??? Au cas où, j'te signale quand même qu'après l'auborore, y'a le matin
    Smack smack
    ;0)

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir,
    Avec des amis, nous avons créé un blog qui à pour but d’exposer les œuvres littéraires des internautes. Pour participer, il suffit d’envoyer son texte, sa nouvelle, sa poésie ou autres via le formulaire de contact du blog. Un jury sélectionne les meilleurs textes et les publie sur le blog avec un lien vers le blog de l’auteur.
    Nous faisons aussi des critiques littéraires, et des chroniques sur d’autres types d’art. Notre but est de faire de ce blog le repère poétique de la toile.
    En espérant t’y voir bientôt, et peut être même participer : HTTP://LE-HANGAR.COWBLOG.FR/ [si le lien n’est pas cliquable, copie et colle le dans la barre d’adresse].

    Hazel, du Hangar.

    RépondreSupprimer
  6. Mais c'est lui pourtant qui sait tout, qui nous révèle en silence, dans les feux rosés du soir... Des tristesses infinies, certes, comme peut-être chaque regard qui s'attarde, tant l'hier fuit toujours trop vite et trop loin. Mais du sens aussi, du sens aux maux anciens, aux larmes d'avant, aux douleurs restées secrètes, du sens et de l'essentiel, qui dit sans le verbaliser pourquoi nous sommes.
    Le soir, c'est le moment où jamais de se donner raison de vivre ou de choisir l'autre issue. Le soir, c'est notre révélateur, dans l'âme...
    Je t'embrasse bien, Faëlivrin !

    RépondreSupprimer
  7. kodamatindelaubalaurorelun. mai 25, 08:58:00 PM

    Le crépuscule des dieux quoi !!! ;)

    Vous vous êtes bien trouvés tous les deux pour faire briller la pénombre, ça, y'a pas à dire !

    Bises les révélateurs d'ombre et de lumière

    RépondreSupprimer

Espace de partage. N'hésitez pas à le remplir.
Commenter ? C’est la clé du pouvoir … mais c’est tout un art
!