mardi 31 janvier 2012

La Mort d'un Clochard

Qui va pleurer un pauvre clochard
Qu'on aura trouvé mort, sous un pont,
Un soir d'hiver, de pluie, de brouillard ?

Pauvre hère, vêtu de haillons,
Cherchant en vain quelque nourriture,
Serrant fort sous un bras ton litron,

Quelle fût, de ta vie la peinture.
Quel événement l'a donc noircie...
A quoi bon se perdre en conjectures ?

As-tu choisi ce chemin précis,
Menant tout droit à la déchéance,
Pour fuir Dieu sait quels sombres soucis,

Surgis, peut-être, de ton enfance,
Laissant ainsi ta vie s'écouler
Dans une sombre, éternelle errance ?

La Seine continue de couler,
Paresseusement, au long des quais,
Fuyant la misère refoulée

Qui s'y vautre et parfois, s'y complait.
La Seine, impassible et immortelle
Continue de couler, à jamais,

Lascive, inhumaine, intemporelle…

*

© PatriciaM 00038155


4 commentaires:

  1. C'est vrai et triste, même un clochard est un être humain avec une histoire, qui devrait laisser ses traces, peut-être dans nos cœurs... Beau et triste poème ! Toute mon amitié

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Maria, toute mon amitié à toi aussi !

      Supprimer
  2. Wow. Though i dont understand French, the picture says the story.

    RépondreSupprimer
  3. Thank you ! But if it you interested, you can translate using Google translate to the right column...

    RépondreSupprimer

Espace de partage. N'hésitez pas à le remplir.
Commenter ? C’est la clé du pouvoir … mais c’est tout un art
!