vendredi 3 octobre 2008

A Fleur de Plume

Née dans une famille catholique, Simone de Beauvoir entreprend, à l'âge de 17 ans, des études de lettres et de mathématiques. En 1926, elle adhère à un mouvement socialiste et suit des cours de philosophie à la Sorbonne. Elle rencontre Jean-Paul Sartre en 1929. Débutent alors une vie commune - sans cohabitation - ainsi qu'une collaboration et un dialogue intellectuel permanents pendant près d'un demi-siècle. Professeur de philosophie, Simone de Beauvoir a appartenu au comité de rédaction des Temps modernes. Son premier livre, 'L' Invitée', paraît en 1943. Les voyages se succèdent à partir de 1947. Simone de Beauvoir se rend aux Etats-Unis, séjourne en Afrique, en Europe, visite la Chine en 1955, Cuba et le Brésil en 1960. Elle publie 'Le Deuxième Sexe', livre phare dans la défense du féminisme, en 1949. Récompensée par le prix Goncourt en 1954 pour 'Les Mandarins', elle délaisse cependant le genre romanesque au profit de l'essai et de la rédaction de ses mémoires. Simone de Beauvoir a beaucoup écrit sur la responsabilité de l'homme envers son prochain. Son nom reste attaché au courant existentialiste.




Ecolière aux tresses infinies, pantomime impudique, femme de lettres, amante sur le tard puis vieille dame à l'accent rocailleux aimant gourmander sa femme de ménage ramenant des asperges trop blanches... Nul n'a pu égaler le verbe de Colette lorsqu'il s'agissait de rendre la sensualité d'une fleur ou le parfum d'un fruit. Enfant rêveuse aux longs cheveux châtains, elle est initiée par sa mère à la beauté de l'aube, la rosée sur un pétale de fleur mais aussi à la littérature, aidée par la bibliothèque d'un père propice aux 'livres interdits'. Certificat d'études obtenu, elle tombe sous le charme du corpulent et dégarni Henri Gauthier-Villars, dit Willy, qu'elle épouse. Celui-ci lui fait connaître les salons littéraires parisiens et s'aperçoit du potentiel littéraire de sa jeune femme qu'il contraint à écrire la série des 'Claudine'. Signé 'Willy & Colette', nul n'est cependant dupe quant à l'identité de l'auteur à l'origine de ce succès. Divorcée et émancipée, Colette écrit 'Mes apprentissages', rapporte ses années de théâtre et de music-hall dans 'Mitsou' ou 'La Vagabonde'. Puis elle devient journaliste au Matin, dont elle épouse le rédacteur en chef, Henry de Jouvenel, qui lui donnera une fille, Bel Gazou. Sur son papier bleu, à la lumière du fanal, elle trace 'La Naissance du jour', 'Sido, les vrilles de la vigne', hommage à sa mère, s'inspire de son jeune amant pour 'Le Blé en herbe', parle de son enfance dans 'La Maison de Claudine', de ses errances dans 'Chambre d'hôtel', 'Gigi' dont elle choisit personnellement Audrey Hepburn pour l'adaptation théâtrale. Entourée, elle a pour amis Jean Cocteau et Maurice Goudeket, qui devient le compagnon de ses vieux jours. Clouée dans un fauteuil par l'arthrose, Colette s'éteint dans son appartement du Palais-Royal en 1954.




Paru en 1936 après trois ans de rédaction, 'Autant en emporte le vent', son unique roman vaut immédiatement à Margaret Mitchell le succès. Fille du sud mythique, la belle Margaret ressemble comme une soeur à Scarlett O'Hara, son héroïne de papier. Indépendante, la jeune fille grandit dans une famille de soldats, bercée par les récits des anciens confédérés sur la guerre civile américaine. Devenue journaliste pour l'Atlanta Journal Magazine, le futur écrivain doit cependant composer avec une vie sentimentale tumultueuse, partagée entre deux hommes qu'elle finira par épouser à deux ans d'intervalle. Victime d'un accident voiture, Margaret Mitchell décède dix ans après l'adaptation de son livre au cinéma en laissant derrière elle l'une des plus belles histoires d'amour de la littérature.




Après la mort de ses deux grandes soeurs, Charlotte Brontë devient l'aînée de la famille. Elle grandit dans le Yorkshire ; avec son frère et ses deux jeunes soeurs, elle parcourt inlassablement les landes sauvages qui les entourent afin de quitter la morosité du presbytère où reste leur père, marqué par le veuvage. Douées de talents littéraires, les jeunes filles écrivent des poèmes qu'elles publient sous les pseudonymes masculins de Currer, Ellis et Acton Bell, époque oblige ! En 1847, elle se fait connaître en publiant 'Jane Eyre', chef d'oeuvre depuis repris plusieurs fois pour le cinéma. Puis, elle écrit 'Shirley' (1849) et 'Villette' (1853). Son dernier livre 'Le professeur' est publié en 1857 après sa mort alors qu'elle est mariée depuis peu.




Journaliste britannique, Kate Mosse accède à la popularité en tant qu'écrivain avec 'Labyrinthe', qui connaît un grand succès international et se place en tête des ventes dans de nombreux pays. Inspirée par sa ville d'adoption, Carcassonne, les thrillers médiévaux de l'Anglaise évoquent la quête du Saint-Graal et les secrets cathares.
Labyrinthe
Trois secrets. Deux femmes. Un Graal.
Juillet 1209 : Dans la cité de Carcassonne, Alaïs, dix-sept ans, reçoit de son père un manuscrit qui, prétend-il, recèle le secret du Graal. Bien qu'elle n'en comprenne ni les symboles ni les mots, elle sait que son destin est d'en assurer la protection. Elle doit, au prix d'une foi inébranlable et de grands sacrifices, préserver le secret du labyrinthe, secret issu des sables de l'ancienne Egypte voilà plusieurs milliers d'années.
Juillet 2005 : Lors de fouilles archéologiques aux environs de Carcassonne, Alice Tanner trébuche sur deux squelettes. Dans la grotte où gisent ces ossements, elle découvre, gravé dans la roche, un langage ancien, qu'il lui semble possible de déchiffrer. Elle finit par comprendre, mais trop tard, qu'elle vient de déclencher une succession d'événements terrifiants. Son destin est désormais lié à celui que connurent les Cathares, huit siècles auparavant.



Evène et mes propres lectures


Voilà Dame Kodama qui m'a taguée. Satisfaite ?

Maintenant je vais me faire un plaisir de taguer à mon tour...voyons...
Je crois que je verrai ça demain, il se fait tard.

4 commentaires:

  1. Oh Charlotte ! Jane Eyre, je l'ai lu au moins 7 fois ! Et Margaret Mitchell : l'a pas raté son coup elle, avec son Autant en emporte le vent (je savais même pas que c'était un bouquin au départ rhooo ! Pas lu le bouquin, juste vu X fois le film).
    T'as pas remarqué que les grandes sagas romanesques, quand c'est une nana qui mène le train, ca se lit et se relit, se regarde et se re-regarde ? On dirait que c'est plein d'souffle et jamais le même. C'est pas toujours le cas avec la même chose faite par un mec. On se désintéresse p't'être plus vite ?

    Beauvoir, Colette mouais ... Pas tellement d'affinités avec elles, trop pipole ? et engagées ? et défenderesses permanentes de la condition féminine ? même si c'est de la grande plume, j'ai jamais rien lu que le minimum légal, sans réel intérêt, et reste pas grand chose dans mes tiroirs ; et Mosse, euh ... elle je sais pas. Lu que Labyrinthe et j'crois que je me souviens plus bien de quoi ça parle ...

    Qui c'est que tu vas taguer hein ? Qui ? Qui ? Qui ? ;)

    RépondreSupprimer
  2. La nana, je crois qu'elle mène le train avec ses tripes, s'identifie presque toujours au personnage féminin de l'histoire. C'est évidemment le cas de Charlotte Brontë et de Margaret Mitchell.
    Colette est un sacré personnage, j'ai adoré "Chéri", Frédéric Peloux son jeune amant et sa série de "Claudine" bien sûr et...presque tous les autres.
    Beauvoir, le "Deuxième sexe" où elle écrit en 1949 : "la querelle du féminisme a fait couler assez d'encre, à présent elle est à peu près close, n'en parlons plus". 2009, on en parle encore...
    Quant au "Labyrinthe", là j'suis triste ! C'est moi qui te l'ai prêté ce bouquin et tu te rappelles plus ? Même plus de quoi ça parle ? Rhôôôôô... Moi, j'ai adoré ! Enfin, les goûts et les couleurs...

    Qui je vais taguer ? Ben je n'sais pas trop, pas encore...
    Bizzzzzz !

    RépondreSupprimer
  3. Le petit article que tu fais du roman de Kate Moss est diablement aguichant !
    Et puis, tu tires mon petit esprit ignorant d'une bête erreur qu'il faisait quant à l'auteur d'Autant en emporte le vent : je croyais que c'était un roman d'Hemingway ! Je serais peut-être revenu de cette bévue si je l'avais lu... Je réparerai un jour cette lacune, mais j'avoue que le célèbre film qui en a été tiré ne m'y a pas du tout encouragé.
    Colette, j'ai un souvenir souriant d'elle : quand elle raconte ses problèmes de mathématique à l'école, c'est à mourir de rire !
    Et Simone... évidemment, grande, très grande dame, inoubliable combattante pour la cause féministe.
    Les autres, je ne connais pas. Brontë, j'en ai juste entendu parler... Mais ce sera l'occasion de prochaines découvertes !

    RépondreSupprimer
  4. "Labyrinthe" de Kate Mosse - ne pas confondre avec Kate Moss, le mannequin - je te le conseille, je suis sûre que tu aimeras.
    C'est amusant, je ne voyais pas Heminguay écrire "Autant en emporte le vent". Tu peux toujours essayer, le livre est beaucoup plus complet même si le film est très fidèle à l'histoire. C'est un très bon bouquin.
    Et puis les soeurs Brontë, "Jane Eyre" de Charlotte et "Les hauts de Hurle-Vent" d'Emily...On ne s'en lasse pas !

    RépondreSupprimer

Espace de partage. N'hésitez pas à le remplir.
Commenter ? C’est la clé du pouvoir … mais c’est tout un art
!